Oray au service d’un projet inédit: Mirages

12/04/2018

Nos différents modèles d’écrans de projection Oray sont destinés autant pour le grand public que pour les professionnels.
Nos écrans sont donc très couramment utilisés lors d’événements tous plus sensationnels les uns que les autres.
De ce fait, nous sommes fiers lorsque nos écrans illustrent ces événements et encore plus quand il s’agit de projets nouveaux permettant d’éveiller les consciences.
C’est précisément le cas de ce projet client dont je vais vous parler aujourd’hui.
Il s’agit du premier prototype présenté au cours de la biennale Experimenta, en février 2018 à Grenoble.

Le projet

L’artiste visuelle du projet qui a conçu l’ensemble, Pauline De Chalendar, a souhaité utiliser pour son installation une de nos surfaces de projection pour ses qualités optiques et sa facilité de mise en oeuvre. Elle nous décrit son projet:

Mirages est une installation interactive visuelle et sonore dans laquelle se dévoile le dessin 3D d’un paysage composite en perpétuelle réactualisation. Empruntant à l’imaginaire de la nature, à la symbolique des écrans et aux images issues des flux d’actualités, le projet évoque la fragilité du monde et l’urgence de certaines situations.
Le spectateur équipé de lunettes 3D pourra naviguer dans le paysage dessiné en se déplaçant sur différentes zones délimitées au sol. 

Pauline De Chalendar, artiste visuelle du projet Mirages

Au début, il y a un canevas de lignes principales, une sorte de paysage lambda inhabité. Le spectateur qui est navigateur peut se déplacer librement dans ce lieu virtuel et son passage déclenche des parcelles dessinées qui sont des contextes, des scénarios. Elles peuplent l’espace, interprètent les lignes et jouent avec l’imagination. Ainsi une ligne serpentine peut être un sentier, un fleuve, un mur, les rectangles sont des écrans ou des pancartes. Le navigateur, personnage principal de l’histoire, se retrouve au beau milieu d’un paysage visuel, sonore, changeant, refusant de se taire : Il découvre une vision d’un territoire planétaire qui emprunte successivement au vocabulaire naturel, à l’imaginaire des écrans et à celui des catastrophes humaines ou climatiques. Par le biais de ces lignes en relation, le projet évoque principalement la notion d’entre soi et la fragilité de choses que l’on pensait éternelles. C’est aussi une première approche de la scénarisation d’un dessin entièrement réalisé en réalité virtuelle à l’aide d’un programme développé par un ingénieur de recherche en informatique en collaboration avec l’artiste, dans le cadre de son projet de fin d’études. L’écriture du projet a donné lieu à des sessions participatives de dessin encadrées par l’artiste dans plusieurs endroits de la métropole grenobloise. La réalité virtuelle comme outil de création passe de mains en mains, de façon à ne pas, justement, rester entre soi et à questionner ensembles notre relation à un monde compliqué.

Source: https://www.theatre-hexagone.eu/wp-content/uploads/sites/8/2018/01/DP-EXPERIMENTA-2018.pdf

L’installation

Pour les besoins de ce projet, il a fallu créer un écran courbe afin de pouvoir aider à l’immersion des visiteurs.
La technologie Edge Blending a été déployé afin d’offrir la meilleure intégration visuelle pour des formats panoramiques.
Plusieurs vidéoprojecteurs projetaient sur une même surface, en courte focale.
Par conséquent, il fallait utiliser une toile sans point chaud, permettant une homogénéité de l’image sans directivité.
Pauline De Chalendar a donc sélectionné une toile blanc mat diffusant avec un rendu colorimétrique et contraste optimal.
Nous avons utilisé cette toile (classée non feu M1) sur œillets de 670 cm de large par 242 cm de haut, idéale pour une projection ultra haute définition.
Le classement au feu M1 a été utilisé pour répondre aux normes anti-feu les plus draconiennes.
Grace à l’élasticité de sa  matière PVC , la tension de la toile a pu s’ajuster pour obtenir le meilleur résultat possible (préconisé notamment avec les écrans cintrés).
Cette toile a été ensuite fixée par des sandows sur un cadre courbe en structure bois conçu sur mesure et construit par Adam Castaldini, artisan et dessinateur industriel.

Une évolution fascinante à découvrir en image, étape par étape ☟

1/Regroupement de tous les éléments

Photos Mirages - écran de projection ORAY

2/Montage de l’écran courbe

Photos Mirages - écran de projection ORAY

3/Structure de l’écran courbe

Photos Mirages - écran de projection ORAY

4/Montage de la toile

Photos Mirages - écran de projection ORAY

5/Toile tendue

Photos Mirages - écran de projection ORAY

6/Utilisation de l’écran courbe

Photos Mirages - écran de projection ORAY

Informations complémentaires – Mirages

Obtenir plus de renseignements
Consulter  les images en 3D

Installation interactive, 2018
Premier prototype présenté au cours de la biennale Experimenta, fév. 2018, Grenoble

Environnement sonore : Tim Defives – Tim Karbon
Artiste visuelle: Pauline de Chalendar

Coproduction Hexagone Scène Nationale Arts Sciences – Meylan et PIRVI (CRIStAL laboratory, University of Lille, CNRS, Inria)
Avec le soutien du Département de l’Isère, de l’ Akademie Schloss Solitude et du DICRéAM

 

Alors, qu’en dites-vous ? Impressionnant non ?
N’hésitez pas à laisser un commentaire, poser des questions ou tout simplement donner votre avis !
Partagez l'information !

Un commentaire sur “Oray au service d’un projet inédit: Mirages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *